05/05/2008

Le temps passe - 2

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire lire un petit texte (dont je n'ai pas la source sous les yeux) qui fera partie du "divertissement" du 10 mai. En plus, grâce à Jean-Galien et ses talents de dessinateur-créateur-époustouflateur, les personnages de c't'histoire prendront vie devant les yeux éberlouis des pestacteurs ! Le texte s'appelle : le rat et le crapaud.Le rat et le crapaud s’étaient allongés au bord du ruisseau. En silence, ils observaient le filet d’eau qui s’écoulait lentement. Sans jamais s’arrêter.- Pourquoi vivons-nous ?- Si seulement nous le savions !- Et pourquoi ne le savons-nous pas ?- Si seulement je le savais !Il y eut un grand silence. Le rat et la crapaud suivaient des yeux le mouvement du courant, qui était presque imperceptible. Le crapaud ouvrait grand la bouche.D’étonnement. C’était la première fois qu’il se posait toutes ces questions.- Si j’ai bien compris, nous ne savons rien.- Mais si ! Nous savons beaucoup de choses. Nous savons que l’eau coule toujours dans la même direction. Que tous les jours le soleil se lève, puis se couche.- C’est déjà pas mal.- Oui, c’est déjà pas mal…- Mais d’où vient toute cette eau ?- Le rat n’en savait tien. L’eau s’écoulait tous les jours sous leurs yeux. Mais d’où venait-elle ? C’était un mystère. Et où allait-elle ? Un autre mystère.- Je n’en sais rien, mais je suis sûre qu’on pourrait le savoir.- Et quelle part savons-nous de ce qu’il faudrait savoir ? La moitié ? Le tiers ? Le dixième ?Les questions du crapaud étaient de plus en plus difficiles.- Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que nous savons beaucoup de choses…- Beaucoup de choses…- C’est ça, beaucoup de choses…- J’ai compris ! Nous savons que nous savons beaucoup de choses.- Exactement ! Et arrête de poser des questions !Le rat et le crapaud se turent. Parce qu’ils n’en savaient pas plus. Et quand le soleil se fut couché, le crapaud sauta dans l’eau et disparut. Et le rat ne sut même pas où il était parti…

22:46 Écrit par Mathilde dans Racontars | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.