16/10/2008

Pas d'expulsion pour Ibou

Pendant que je serai le nez au vent dans ma roulotte, y'en a d'autres qui auront le vent du charter en pleine face. Je sais pas vous mais moi ça me dégoute. "Ce que je suis, c'est l'ensemble des liens que je suis capable de tisser avec les autres. L'autre, quel qu'il soit, il est ma richesse. Et quand je me prive de cette richesse, je commence un peu à me suicider." (A Jacquard) ___ Pour tenter d'empêcher une déchirure de plus vous pouvez envoyer vos mails, fax, lettres au Préfet du Nord pour demander la libération et la régularisation d'Ibou Touré. ___Lille / mercredi 15 Octobre_______Ibou Touré, 31 ans, a été arrêté lundi 6 octobre, pour la huitième fois, rue des Postes à Lille, alors qu'il sortait de chez un ami, compagnon d'infortune sans papier comme lui. Il est maintenu depuis en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lesquin (59). Ibou est un des Ch'tis marcheurs sans papiers qui, partis de Lille le 19 avril dernier, sont arrivés à Paris le 10 mai, journée commémorative de la traite et de l'esclavage des noirs, crimes contre l'Humanité.Ce 10 mai 2008, Ibou est arrivé à Paris avec le groupe d'une trentaine de marcheurs et marcheuses sans papiers et de quelques soutiens, après 22 étapes lors desquelles des collectifs composés de Comité de Sans Papiers, des associations anti-racistes de droits de l'homme (LDH, Mrap…), des syndicats (CGT, FSU, SUD, CNT), de l'UCIJ, du RESF, de Maires, d'élus municipaux, d'étudiants, d'élèves et leurs organisations, de citoyens, d'immigré-e-s réguliers, les ont chaleureusement accueillis et soutenus dans leur combat légitime pour la régularisation.Ce 10 mai 2008, près de 8000 manifestant-e-s, sans papiers et soutiens, membres de Comité de sans papiers, représentants d'associations et de syndicats, et en présence d'élus au parlement, de conseillers régionaux, départementaux et municipaux ont accueillis Ibou Touré et les autres marcheurs coiffés de bonnets phrygiens.*Ibou a besoin de votre soutien.**Maintenu en centre de rétention et expulsable à tout moment, envoyons lettres, mails et fax au Préfet du Nord pour demander sa libération et sa régularisation.*D'avance merci, le Comité des Sans Papiers 59._____Maintenu au CRA de Lesquin, en zone A, nous vous invitons à joindre *Ibou Touré* à la cabine téléphonique de cette "zone" : *03 20 32 76 20,* *afin de lui apporter directement votre soutien.*Vous pouvez aussi lui rendre visite, en présentant une pièce d'identité à l'entrée du CRA.Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet et à ses collaborateurs, aux différents directeurs de cabinet ministériels…Voici les coordonnées du Préfet du Nord et de la Préfecture :préfet du Nord- L'ancien préfet (dont le mail est peut-être encore valide) : daniel.canepa@nord.pref.gouv.fr - le nouveau préfet (depuis la semaine dernière), Jean-Michel Bérard : jean-michel.berard@nord.pref.gouv.fr - le fax de la prefecture du Nord : *O3 20 30 52 58*- le secrétaire général : pierre-andre.durand@nord.pref.gouv.fr - la page accueil du site préfectoral http://www.nord.pref.gouv.fr/page.php?P=static/contact/Et au niveau ministériel :- Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 Standard 01 77 72 61 00- Directeur de cabinet : thierry.couderc@iminidco.gouv.fr - Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr - Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr - Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr - Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr - Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr - Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html_______________Monsieur le Préfet du Nord,Monsieur Ibou Touré a été arrêté pour la huitième fois à Lille lundi 6 octobre, puis transféré au C.R.A de Lesquin, où le juge a décidé de le maintenir en rétention.Monsieur Touré est originaire de Guinée Conakry. Il est entrée en France le 10 janvier 2004, ayant dû fuir son pays natal menacé par le contexte politique. Il a été emprisonné en Guinée et a subi des sévices qui ont laissé des traces, comme l'attestent plusieurs lettres de médecins. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 en Guinée.Dès son arrivée en France, Monsieur Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation administrative. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004. Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. Une demande d'asile politique est en cours.Ibou Touré a de la famille en France : son frère et sa femme ont la nationalité française. Depuis qu'il est arrivé en France, il suit des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), La Clef, ID Formation et à la Cimade. Ces recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche dans une société de livraison à Sars-Poteries, dans le département du Nord. Il est également bénévole dans plusieurs associations.De plus, les 4 dernières années passées en France ont permis à Ibou Touré de tisser de profonds liens d'amitié avec des dizaines de personnes, en particulier à Lille et plus largement dans tout le Nord de la France.Sa vie est en France, auprès de son frère, de ses nombreux amis, de ses camarades bénévoles associatifs, tous révoltés par son maintien en rétention et cette décision incompréhensible et inhumaine d'expulsion. Cette décision le menace, car Ibou Touré est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans son pays natal en Guinée. Une expulsion signifie donc aujourd'hui pour lui emprisonnement, sévices, voire pire !Pour ces raisons, nous vous demandons Monsieur le Préfet, de bien vouloir reconsidérer votre décision. Nous faisons appel à votre conscience et à votre humanité. Nous vous demandons d'arrêter cette machine administrative aveugle et inhumaine, nous vous demandons de régulariser la situation de Monsieur Ibou Touré, afin de permettre à un frère de continuer à vivre auprès de son frère et à un jeune homme près de ses amis en France, parmi nous. Ibou ne souhaite qu'une chose : rester en France, travailler et réaliser ses projets d'avenir dans notre pays.Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération.ibou-marche

21:48 Écrit par Mathilde dans Racontars | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.